Raison 51: Tu croises de drôles de lapins!

Dans les courses de trail, tu as ceux qui prennent le défi très au sérieux, ceux qui le font pour se divertir… et ceux qui naviguent entre les deux. Je trouve toujours sympathique de croiser des ultra-marathoniens qui s’amusent à dédramatiser les courses ou à les rendre plus rigolotes avec des déguisements insolites, des accessoires comiques ou tout simplement un attitude sympathique. Ils nous ramènent les deux pieds sur terre et nous rappellent qu’au fond, on court avant tout pour s’amuser! 

Florent Bouguin  Athlète de trail, président d'honneur de l'Ultra Trail Harricana de Charlevoix, ingénieur, père de famille et symbole d'humilité!

Florent Bouguin
Athlète de trail, président d’honneur de l’Ultra Trail Harricana de Charlevoix, ingénieur, père de famille et symbole d’humilité!

Raison 49: Tu visites des endroits où tu ne serais probablement jamais allé

Les courses de trail de longue endurance sont certes de plus en plus nombreuses, mais demeurent tout de même inusitées… et rarement organisées dans des endroits très touristiques. Du coup, pour courir plus de 50 km, tu commences à t’informer des différentes courses possibles et imaginables et à vouloir te promener dans des endroits un peu plus reculés et méconnus, pour finalement faire de la route et découvrir du pays.

Bear Mountain State Park dans l’État de New-York (North Face Endurance Challenge), Brownsville (Vermont50), Freeport au Maine (Farm to Farm Ultra 50k Run), Saint-Donat (Ultimate XC), Les Falaises de Piémond et Prévost (Pandora 24), etc. Tu visites de nouveaux parcs et de belles forêts et montagnes du Québec et d’ailleurs, traverses plus souvent la frontière américaine, maîtrises mieux les noms et la topographie des États de la Nouvelle-Angleterre… puis éventuellement, je présume (je ne suis pas encore rendue là), ceux du centre et du sud des États-Unis, jusqu’à ce que tu te mettes à vouloir prendre l’avion pour aller courir.

Bref, la course de trail, petit à petit, ouvre l’esprit et inculque la géographie!

Brownsville (Vermont)

Brownsville (Vermont)

Raison 48: Mourir à en courir…

Je m’apprêtais à terminer le présent billet de blogue, qui porte sur le thème du lien entre "l’hyperconscience de la mort" et les "hypercourses", quand j’ai réalisé que c’est en fin de semaine prochaine que se tient la Canadian Death Race, une course mythique de 125 km dans les Rocheuses de l’Alberta reconnue pour son parcours extrême. Cette coïncidence m’a réconforté dans mon impression qu’il y a quelque chose, dans la course de trail de longue endurance, qui ressemble à la fois à du déni et à de la défiance de la mort. S’entraîner pour de tels défis, c’est se garder en forme et en santé pour vivre plus longtemps, comme c’est chercher à se sentir invincible et plus fort (ou vouloir oublier que l’on est faibles et vulnérables ?).

Je ne sais pas pour vous, mais presque tous les jours, depuis que j’ai des enfants du moins, j’ai conscience de la finitude de mon existence et de l’imminence possible de la mort. Loin d’être morbide, cette lucidité m’amène à vouloir donner du sens à chacune de mes journées, à profiter le mieux possible des moments avec mes proches et à entretenir une relation équivoque par rapport aux biens matériels et à l’argent (peut-être même un peu trop!)…

Admettre de mourir, pour moi, c’est donc admettre qu’il faut vivre, maintenant et intensément, ce qui passe aussi par des trucs fous comme des courses ultra!

canadian death race

The Canadian Death Race

The Canadian Death Race … 17 000 pieds de dénivellation

 

Raison 47: Ça fait rêver

Et ce n’est qu’un tout petit échantillon…

ulra trail atlas

Ultra Trail Atlas Toubkal

futji

Ultra-Trail du Mont Fuji

Lavaredo-Ultra-Trail

The North Face Lavaredo Ultra Trail

Fire and Ice Ultra - Islande

Fire and Ice Ultra en Islande

ennerdale trail run

Ennerdale Trail Run – UK

Eiger ultra trail

Eiger Ultra Trail – Suisse

Ultra-Trail-du-Mont-Blanc-view

The North Face Ultra Trail du Mont-Blanc – France

Western States Endurance Run

Western States Endurance Run – États-Unis

Andorra

Andorra Ultra Trail Vallnord

Un jour peut-être, comme on dit !

 

Raison 46: Les diagonales, c’est bon pour la ligne!

Dans le culte actuel de la minceur et du corps parfait, plusieurs stratégies nous sont proposées par les gyms, dans les magazines (pour femmes!) et dans les allées obscures des pharmacies de ce monde.

Si elles sont sans doute efficaces pour certaines personnes, à certaines périodes de leur vie, rien ne vaut l’adoption d’un mode de vie physiquement actif pour demeurer en santé, comme peut nous y inciter la pratique de la course d’endurance. C’est que s’entraîner pour des ultra-trail demande plusieurs mois de préparation, des mois qui sont nécessaires pour véritablement ancrer de nouvelles habitudes dans son quotidien.

En ce qui me concerne, j’emmagasine les calories plutôt rapidement, comme bien d’autres personnes… et comme je déteste les calculer (les mathématiques, ce n’est pas ma tasse de thé!) j’ai découvert les lois de la physique: les diagonales* et les courbes, ça fait trois !

* Diagonales = dénivellations = montagnes = beaucoup d’énergie!

La Diagonale des fous est le surnom donné à l'une des courses les plus difficiles du monde dans son genre: le Grand Raid de l'île de La Réunion.

La Diagonale des fous est le surnom donné à l’une des courses les plus difficiles du monde dans son genre: le Grand Raid de l’île de La Réunion.

Raison 44: Parce qu’on a de la chance dans la vie

Nombreux d’entre nous réussissons de nos jours à intégrer l’activité physique dans notre quotidien avec grande fierté (et avec raison!), en oubliant toutefois…

  • qu’on n’a pas tous eu l’occasion d’être sensibilisés à l’adoption d’un mode de vie sain, et que les habitudes, une fois acquises, peuvent être très difficiles à changer;
  • qu’on a de la chance de vivre dans une société relativement riche, où on peut se permettre le luxe de prendre si bien soin de notre santé;
  • que l’activité physique est très valorisée en 2014, ce qui a contribué à accroître les services et les ressources disponibles au cours des dernières années;
  • que cette valorisation est aussi l’effet d’une mode…

Pour ces raisons, je suis toujours un peu gênée de faire valoir mes réalisations sportives un peu « extrêmes »; parce que oui, elles sont le résultat de ma volonté et de certaines de mes qualités personnelles, comme la persévérance et la discipline, mais c’est aussi parce que j’ai de la chance de vivre au Québec, de venir d’une famille aisée, d’avoir des enfants en santé, une garderie pour ces derniers, un emploi (officiellement) à 4 jours semaine, une douche au travail, un chum ouvert, …

À une époque pas si lointaine, les femmes n’étaient même pas admises à courir des marathons et les courses officielles étaient réservées à l’élite. Nous étions très loin des ultramarathons « grand public ». Si je fais des courses de trail longue distance, c’est donc bien parce que nous sommes en 2014 et que j’ai beaucoup de chance dans la vie, et en prenant conscience de cette chance, j’ai d’autant plus envie d’en profiter et d’aller bouger chaque fois que c’est possible! 

Raison 42: Tu peux aller au Festival d’été et en revenir sans tracas

Aller au Festival d’été de Québec peut devenir un véritable défi. Jamais l’idée de m’y rendre en voiture n’a effleuré mon esprit. Perdre des heures dans le trafic, immobilisés, en pleine soirée et à chercher du stationnement, est carrément suicidaire pour le bien-être mental.

J’ai toutefois déjà fait l’erreur d’y aller en autobus, une fois, pour le spectacle de Bon Jovi. Si l’aller avait bien été, sortir du centre-ville en bus après le spectacle revenait exactement au même qu’être en voiture, c’est-à-dire à attendre pare-chocs à pare-chocs… mais debout, fatigués, saouls et affamés, à 1h du matin!! J’ai eu ma leçon. Le transport actif serait désormais ma solution.

Aujourd’hui, je sais que je peux courir facilement des heures en ligne sans me fatiguer. Alors pourquoi ne pas faire une partie ou la totalité de l’aller-retour au Festival d’été à la course? J’arrive au show complètement crinquée et réchauffée pour danser ou m’éclater, en plus de vraiment bien dormir au retour à la maison!

Et vous devriez voir la face des gens emprisonnés dans leurs voitures quand ils nous voient passer! … Tout un show en soi!

Non mais, on ne veut quand même pas manquer ça!

Non mais, on ne veut quand même pas manquer ça!