Raison 48: Mourir à en courir…

Je m’apprêtais à terminer le présent billet de blogue, qui porte sur le thème du lien entre « l’hyperconscience de la mort » et les « hypercourses », quand j’ai réalisé que c’est en fin de semaine prochaine que se tient la Canadian Death Race, une course mythique de 125 km dans les Rocheuses de l’Alberta reconnue pour son parcours extrême. Cette coïncidence m’a réconforté dans mon impression qu’il y a quelque chose, dans la course de trail de longue endurance, qui ressemble à la fois à du déni et à de la défiance de la mort. S’entraîner pour de tels défis, c’est se garder en forme et en santé pour vivre plus longtemps, comme c’est chercher à se sentir invincible et plus fort (ou vouloir oublier que l’on est faibles et vulnérables ?).

Je ne sais pas pour vous, mais presque tous les jours, depuis que j’ai des enfants du moins, j’ai conscience de la finitude de mon existence et de l’imminence possible de la mort. Loin d’être morbide, cette lucidité m’amène à vouloir donner du sens à chacune de mes journées, à profiter le mieux possible des moments avec mes proches et à entretenir une relation équivoque par rapport aux biens matériels et à l’argent (peut-être même un peu trop!)…

Admettre de mourir, pour moi, c’est donc admettre qu’il faut vivre, maintenant et intensément, ce qui passe aussi par des trucs fous comme des courses ultra!

canadian death race

The Canadian Death Race

The Canadian Death Race … 17 000 pieds de dénivellation

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s