Raison 54 : Le dévouement de gens passionnés

Organiser une course de trail peut sembler facile. On choisit un sentier dans un beau parc, on ajoute des pancartes, on monte une arche d’arrivée, on met en branle une vente de billets et bingo! On attend que les inscriptions rentrent. À la rigueur, certains croiront que c’est lucratif.
 
Si c’est votre impression, je vous rassure : vous êtes dans le champ.
 
Il faut beaucoup de dévouement, de patience et de passion quand on se lance dans l’organisation de ce genre d’évènements. D’abord, c’est rarement près de chez soi. De la route, en voulez-vous? En voilà. Bien entendu, il y a toute la logistique, la recherche de partenaires, le recrutement de bénévoles, la production d’outils de communication, le choix et la signalisation d’un parcours, et j’en passe. Mais surtout, il faut être persévérant et il faut y croire. Parce que tu as intérêt à te démarquer, offrir un produit unique et différent, te faire connaître; donc rencontrer un tas de gens, participer à d’autres évènements, t’impliquer, développer ta créativité. Il faut accepter qu’il y aura toujours des gens mécontents, qui vont critiquer l’organisation pour des détails insignifiants; que la majorité des participants ne prendront pas la peine de dire merci, qu’ils vous prendront pour acquis.
Ceux qui gagnent leur vie avec des courses sont rares et leur réussite s’est bâtie sur plusieurs années.
C’est pourquoi j’ai beaucoup d’admiration pour ceux qui se lancent dans cette aventure, particulièrement quand ils le font en marge de leur vie professionnelle, et qu’ils sont animés pour une cause sociale ou communautaire. Quand j’ai rencontré Sébastien Côté et Geneviève Boivin pour la première fois, c’était aux tous premiers balbutiements de leur projet de course Harricana. Comme j’organisais moi-même avec Pierre-Luc et deux bons amis le Grand demi-marathon de l’Isle-aux-Coudres depuis deux ans, ils souhaitaient collaborer et développer des liens dans la région de Charlevoix. Au fond de moi-même, je les trouvais bien courageux. Si la course de trail débutait sa pente ascendante au Québec, les défis de longue endurance demeuraient encore bien marginaux. L’année précédente, une initiative semblable avait même échoué dans la région, devant être annulée au tout dernier moment par manque d’inscriptions. Et pourtant! Trois ans plus tard, leur passion et leur persévérance, leur imagination et leur sens des communications leur ont permis de voir classer le Ultra Trail Harricana de Charlevoix parmi les plus belles et les plus populaires courses de trail du Canada. Je n’ose imaginer toutes les soirées, les fins de semaines, les conversations d’oreiller et de covoiturage qu’ils ont passé à planifier cet événement qui grandit à vue d’œil année après année. Après avoir moi-même jeté l’éponge après deux ans de coordination de la course de l’Isle-aux-Coudres, je suis doublement impressionnée. Je sais et je me doute de tout ce que ça peut impliquer, pour quelques heures de plaisir, si éphémères et si vite passés. Chapeau! Et merci à tous ceux qui, comme Geneviève et Sébastien, rendent les expériences de trail (longue endurance ou non) possibles au Québec! 
Sébastien Côté (gauche) et Geneviève Boivin (droite)

Sébastien Côté (gauche) et Geneviève Boivin (droite)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s