Raison 57: L’attention

À deux ou trois reprises, j’ai entendu des commentaires à l’effet que les coureurs de trail longue distance « cherchent de l’attention ». Comme si nous aurions tous des problèmes de personnalité, histrioniques, borderlines ou narcissiques. Ces interprétations, qui ne s’adressaient pas directement à moi, m’ont tout de même fait réfléchir. Rechercherais-je de l’attention inconsciemment? Je n’avais jamais envisagé les choses de cette façon. Moi qui n’aime généralement pas me retrouver au centre des regards, qui préfère laisser les autres tirer profit des situations (et qui combat même un certain malaise à m’auto-promouvoir comme ambassadrice de l’UTHC), courrais-je, sans le savoir, pour assouvir un déficit d’attention?

Je suis loin d’avoir l’objectivité pour m’autopsychanaliser, et bien que je ne crois pas que ce soit une opinion qui puisse s’appliquer à tous les coureurs, il faut admettre que courir des trail longue distance attire vraiment l’attention et peut laisser cette impression.

Petit exemple qui peut paraître anecdotique mais qui pour moi en dit long: Depuis six ans maintenant, je vais au même gym m’entraîner. J’aime bien « arrondir mes fins de mois » avec des exercices de musculation et quelques étirements. Pour ceux qui ne comprennent pas l’intérêt d’aller dans un gym : sachez qu’on prend goût à changer le mal de place de temps en temps et à s’offrir un petit luxe dans des conditions toujours confortables, à l’air climatisé ou chauffé, sans neige et sans pluie, avec une douche chaude et sauna. Qui a dit qu’il fallait toujours se compliquer la vie?

Eh bien, depuis six ans, je passe plutôt inaperçue dans ce gym, où j’avoue ne pas porter moi-même trop attention aux gens qui s’y trouvent. Mes minutes sont comptées pour tout faire avant d’aller travailler. À tel point que mon vocabulaire doit se limiter à trois mots quand j’y mets les pieds : « Bonjour, ça va? »… Et les employés ne sont pas plus volubiles que moi!

Mais quand j’ai mis pour la première fois le t-shirt jaune fluo (très confortable d’ailleurs) avec un giga « 50 k » écrit sur le devant, du North Face Endurance Challenge de Bear Mountain, on m’a adressé la parole pour une vraie conversation pour la première fois : « 50 kilomètres de course? Ça existe? Qu’est-ce que c’est?… etc. ». Après six ans à visiter ce lieu de manière quasi anonyme, je suis devenue « intéressante » tout à coup…

Et j’avoue que je n’ai pas détesté ça! Parler à des inconnus rend heureux a démontré une récente étude réalisée dans le transport en commun… Faut croire que c’est vrai.

Tout ça pour dire que si attirer l’attention peut inciter à la conversation, au partage d’expériences et peut motiver d’autres personnes à se donner des défis (sportifs) personnels ambitieux, pourquoi pas! L’attention a ses bons côtés après tout…🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s