Raison 65 : Tu n’as pas peur de te lever tôt

(Yé! J’ai récupéré mon ordinateur personnel, que les enfants ont fait tomber par terre en jouant avec les petites cousines en visite à la maison, et qui était brisé depuis deux semaines… Je vais pouvoir me remettre assidûment à la tâche! Ça va faire du bien de laisser mon esprit vaquer de nouveau dans ma bulle. Haha!)

Raison 65: Tu n’as pas peur de te lever tôt

Ce samedi (tiens, c’est demain ça!), je vais me lever le plus tôt que je me suis jamais levée pour une course. À 2h, si j’ai réussi à dormir malgré l’excitation du moment, on va se réveiller dans notre belle petite tente pour se préparer, manger un peu et se rendre au centre de ski du mont Grand-Fonds, où une navette nous amènera au site de départ, à une heure de route de là, dans le secteur du parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie.

Ça me rappellera que la première – et seule fois – où je suis allée dans ce parc, avec Pierre-Luc, mon chum, dans le temps où j’essayais encore de l’impressionner pour le garder dans ma vie, nous nous étions frappés à une barrière de sécurité fermée. C’était le début du mois de mai et le parc n’était pas officiellement ouvert. Comme si une barrière allait nous arrêter (!), nous avions sorti les vélos, parcouru la vingtaine de kilomètres fabriquée de côtes plutôt abruptes qui nous séparaient du parc, pour finalement faire une randonnée de 500 mètres dans la montagne… Alors que le printemps nous réchauffait la couenne dans le reste du Québec, le parc des Hautes-Gorges était encore tapissé de neige fondante, lourde et molle à la veille de l’été.

Tout ça pour dire qu’il ne fera pas chaud, sans doute, en fin de semaine, dans la région de La Malbaie, surtout à 2h du matin. Il faudra se préparer à sortir de notre zone de confort dès le réveil! C’est d’ailleurs le lot des coureurs de longue distance chaque fois qu’ils participent à une telle course. Si on veut finir à temps pour le party de fin de soirée, il faut bien commencer à une heure qui nous permette d’y arriver! L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt comme on dit.

Ça tombe bien, voilà maintenant plus d’un mois que je me lève plusieurs nuits par semaine à trois heures du matin pour travailler jusqu’à 6h pendant que les enfants font dodo. Je suis préparée à me mettre en marche tôt le matin. Eh oui! C’est aussi ça le lot de ceux qui travaillent dans de petites organisations, avec peu de ressources, mais avec beaucoup d’ambitions… Heureusement, ça ne dure jamais trop longtemps. Et le résultat en vaut généralement la chandelle!

À samedi matin les amis!

nuit

La nuit, à 3h am, au centre de ski du mont Grand-Fonds

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s