Raison 79: Tu acceptes de traverser des périodes plus difficiles

Courir pendant des heures n’est sans doute jamais une partie de plaisir du début à la fin. Quand tu réalises des défis de ce genre, tu sais TRÈS bien que tu auras des douleurs à un certain moment, que tu pourrais te faire envahir de pensées négatives destructrices, que tu traverseras des périodes creuses…. Mais tu sais aussi que si tu continues droit devant, la douleur va probablement disparaître, que tu vas te remettre à voir la vie en couleurs, que tu auras peut-être des chances de réussir… Alors tu continues. Et c’est effectivement ce qui se passe, à moins de difficultés majeures hors de ton contrôle bien entendu. Et tu es vraiment fière, au bout du compte, d’avoir relevé le défi sans te laisser manipuler par ton propre corps et ton propre esprit.

Depuis que je cours des trails de longue endurance, les périodes creuses de la vie ont pris une toute autre perspective. Je sais qu’elles ne sont souvent l’effet que de mes propres hormones et de mon cerveau, autrement dit de ma façon de penser et de percevoir, et non pas des évènements extérieurs ou des individus qui m’entourent, et qu’elles vont me permettre de vivre des moments de joie encore plus intenses plus tard. Alors je les assume, je les digère, j’essaie de prendre du recul et j’attends que le soleil revienne.

De toute façon, une course sans hauts ni bas, sans émotions, ça doit être plate en tabarnouche😉

percée de soleil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s